Fallait-il réhabiliter les morts de la Commune de Paris ?

(Cerisier en fleurs. Comprenne qui pourra…)

Ce mardi 29 novembre, l’Assemblée nationale a approuvé une résolution visant à « rendre justice aux victimes de la répression de la Commune de Paris de 1871 ». Cette résolution fut déposée par des membres du groupe socialiste.

Tout cela a l’air d’une plaisanterie. Les députés, en pleine tourmente politique, économique et sociale, se sont livrés à une querelle d’historiens vieille de près de 150 ans. Pour un peu, nous nous croirions dans Constantinople assiégé par les Turcs, où les docteurs de l’Eglise dissertaient sur le sexe des anges tandis que les coups de béliers faisaient trembler les portes.

Pourtant, l’affaire est plus grave qu’il n’y paraît. L’examen des débats parlementaires montre une querelle superficielle entre députés sur la gravité de l’événement communard et sur l’opportunité d’y consacrer une résolution, plutôt qu’à d’autres massacres odieux de notre histoire, comme ceux des guerres de Vendée.

Mais le véritable mal est ailleurs. Lire la suite

Choisir un homme d’Etat ; éléments de discernement

La campagne en vue de l’élection du prochain président de la République bat son plein, occupée tout entière par les primaires de la droite et du centre d’une part, la cacophonie d’une gauche transformée en canard sans tête d’autre part.
Au milieu de ce tohu-bohu, les autres formations politiques sont temporairement inaudibles.

Les électeurs vont devoir formuler un choix qui engagera la France pour les cinq années à venir. Ce n’est pas la première fois. Mais considérant les bilans des précédentes mandatures, le résultat ne fut pas à la hauteur des espérances françaises. Lire la suite

Le bon sens au pouvoir, Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme

Chers lecteurs,

Je suis heureux de vous faire part de la publication, en cette rentrée, d’un essai du prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, intitulé Le bon sens au pouvoir, aux éditions Lacour-Ollé.

Réalisé sous la forme d’un entretien, cet ouvrage s’attaque sans faux semblants à tous les aspects de notre société, des questions d’environnement à l’industrie en passant par l’agriculture, le patrimoine, le tourisme, la défense nationale, l’éducation, les questions éthiques, etc.

Votre serviteur a contribué à cet ouvrage en posant au prince de Bourbon-Parme un peu plus des deux tiers des questions et en le soutenant dans ses travaux préparatoires.

Les rencontres qui ont rendu ce livre possible furent des instants inoubliables de réflexion et de franche discussion.

Je ne saurais trop vous inciter, évidemment, à lire cet essai où le prince révèle tant la qualité de son style que la netteté de sa réflexion. Un livre qui mérite d’être acheté, un homme qui gagne à être connu.

Pour plus de renseignements, cliquez ici.

 

Les sujets de sa majesté ont souhaité quitter l’Union européenne

Cet article a été initialement publié pour le site Vexilla Galliae.

Le référendum intervenu ce jeudi 23 juin a eu pour résultat un « non », d’une courte majorité, entraînant, à brève échéance, la sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne.

Ce choix de la majorité des électeurs britanniques est l’aboutissement d’une logique de  désengagement progressif. Le Royaume-Uni avait déjà marqué ses distances avec le « chèque Thatcher » au début des années 1980, puis en ne signant pas le traité de Maastricht en 1992, et en n’intégrant pas l’espace Schengen en 1995.

En somme, les liens furent toujours faibles entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. C’est pourquoi une sortie sera relativement aisée, malgré les autres traités européens auxquels le Royaume-Uni a souscrit. Lire la suite

Policier je t’aime !

 

 

Hier, un officier de police et son épouse étaient assassinés par un combattant islamiste. Aujourd’hui, une manifestation émaillée de nombreuses violences traversait la capitale, contre la loi El Khomri, et parmi les quarante blessés on dénombrait vingt-neuf policiers, près des trois-quarts, malgré leurs protections, leur cohésion et leur armement. Sur les pancartes fleurissaient les « Tout le monde déteste la police » !

Non ! Tout le monde ne déteste pas la police !

Policiers ! Nous sommes nombreux en France à vous aimer. Lire la suite

Réforme du collège ; La grande jérémiade


(Les pleureuses…)

Ça y est ! L’enseignement catholique se rend compte qu’il va également se faire manger par la réforme du collège et les langues se délient. Le secrétariat général et l’union nationale des associations de parents d’élèves, sans doute par candeur, s’étaient voulus rassurants. Mais dans les collèges, parents, chefs d’établissement et enseignants s’alarment, prenant, un peu tard, le relais de leurs collègues du public, vent debout contre la réforme depuis l’origine.

Hélas ! Il est justement un peu trop tard. La réforme est bouclée, elle rentrera en application dès septembre, et les rectorats ont soufflé un vent de menace contre les établissements privés qui ne respecteraient pas la réforme.

Alors ? Alors c’est le cantique de Jérémie, la longue plainte inutile monte des classes. Les collègues de l’enseignement public ont beau jeu de les morigéner sur le ton du « on vous l’avait pourtant bien dit » !

Il n’est plus temps de pleurer chers collègues de l’enseignement libre ! Place à l’action !

Que pouvons-nous faire ? La fronde ! Rien moins que cela. Lire la suite