Un catholique peut-il en conscience soutenir M. Mélenchon et la France insoumise ?

Ce vendredi 29 juin, les députés du groupe La France insoumise, à l’Assemblée nationale, et leur leader, Jean-Luc Mélenchon, ont fait savoir qu’ils ne participeraient pas à la séance du parlement, réuni en congrès à Versailles pour entendre le discours solennel du chef de l’État, Emmanuel Macron.

M. Mélenchon invoque une réponse légitime à la violence qui serait faite aux parlementaires par le chef de l’État. De quoi veut-il parler ?

Il est de tradition, en France, que le représentant de l’exécutif s’adressant en premier aux parlementaires soit le Premier ministre, dans le cadre de son discours de politique générale. La stricte séparation des pouvoirs imaginée par les constitutionnalistes rédacteurs de la constitution de la Ve république excluait que le Président puisse s’adresser aux parlementaires.

Mais les choses ont changé. La réforme constitutionnelle de juillet 2008, sans doute la plus intéressante des révisions du texte constitutionnel depuis 1960, prévoit que le chef de l’État puisse s’adresser aux deux chambres réunies en congrès. Cette modification s’inspire de la tradition fort ancienne des discours du trône, telle qu’elle existait dans les lits de justice de nos rois au parlement ou leurs discours aux états généraux et aux états provinciaux par le biais de leurs gouverneurs. Cette tradition est toujours fort répandue dans les autres royautés européennes sans que nul n’y voit une atteinte à la distinction des pouvoirs et à l’état de droit. 
Lire la suite

Publicités