Existe-t-il une pédagogie chrétienne ?

Ce texte a été publié dans le numéro 68 de la revue Liberté politique, pour le dossier consacré à l’Ecole. Ce numéro est actuellement en vente sur le site de Liberté politique.

Les écoles, les familles, les mouvements de jeunesse, l’Église elle-même parlent volontiers d’une éducation chrétienne, c’est-à-dire une formation intégrale de la personne, dans tous ses aspects, à la lumière de l’Évangile, devant contribuer à préparer des hommes et des femmes libres, disciples joyeux de Jésus Christ. Mais de pédagogie il est moins souvent question, quoiqu’on évoque volontiers la pédagogie de Dieu dans la manière dont le Créateur amène peu à peu son peuple à la Révélation complète, au long de l’Histoire sainte. Ce point est essentiel ; on parle bien de manière de faire.

En effet, la pédagogie, terme polysémique, peut être à la fois comprise comme synonyme de l’éducation, donc enseignement complet, et comme manière d’instruire, en somme comme méthode. Le dictionnaire de l’Académie française, dans sa neuvième édition, la définit, pour l’instruction et l’éducation des enfants comme « l’ensemble de procédés employés pour les instruire et les former en fonction de certaines fins morales et sociales ». Mais aussi, en deuxième sens possible, voisin, comme une « discipline théorique visant à définir des méthodes d’enseignement, à déterminer de nouvelles pratiques éducatives ». La pédagogie, lorsqu’elle est distinguée de l’éducation, est donc avant tout une manière de faire et d’être qui s’inscrit dans une démarche éducative dont elle est une part.

Ce premier point établi on peut plus aisément se demander s’il y a une pédagogie chrétienne. Le chrétien se revendiquant disciple de Jésus Christ, il est raisonnable de considérer le Verbe de Dieu comme le socle de la pédagogie. C’est à son exemple et son imitation que le pédagogue chrétien peut le plus raisonnablement agir. Lire la suite

Verdun, un orage d’acier

Douaumont

Cet article a été d’abord publié pour l’excellent site des Cahiers libres.

Pour le commun, la première guerre mondiale se résume en quelques grandes batailles, comme la Marne ou la Somme, mais l’événement illustrant le mieux la guerre dite des tranchées, avec son horreur, son déluge de feu, c’est Verdun !

L’ampleur des destructions, avec un paysage toujours bouleversé par les tirs d’artillerie et les combats un siècle après l’événement, le nombre de morts, avec plus de 700 000 soldats tués, blessés ou portés disparus, la durée de la bataille, sur neuf mois, et tout cela dans quelques kilomètres carrés de terre, résonnent aux oreilles françaises comme le condensé de la « der des der. » Lire la suite

Mary Tudor, Mary la sanglante

Cet article a été initialement publié par l’excellent site des Cahiers libres.

Mary tudor n’était pas celle qu’attendait le roi Henri VIII. Celui-ci, marié à Catherine d’Aragon depuis plusieurs années, désespérait de pouvoir obtenir d’elle un héritier mâle pour assurer l’avenir de la dynastie et du royaume. Un petit Édouard était mort au berceau en 1511. La reine peinait à engendrer de nouveau, lorsqu’elle accoucha de Mary le 18 février 1516. Le roi ne fit pas mystère de sa déception et trouva consolation dans de nouvelles amours. La pauvre Mary, dont nous fêtons les cinq cent ans de la naissance, fut la cause bien involontaire de la rupture de l’Angleterre avec le siège de Rome. Son action politique, comme souveraine, eut pour objectif de retisser ce lien rompu, et eut pour conséquence d’en accroître la déchirure.  Lire la suite

Un héros français : Emile Driant

Cet article a été initialement publié pour l’excellent site des Cahiers libres, à lire et soutenir.

Tué par une balle de mitrailleuse reçue derrière la tempe alors qu’il sautait dans un trou d’obus en couvrant la retraite de ses hommes, derniers survivants de son bataillon de chasseur, écrasés sous le feu ennemi au bois des Caures, le colonel Emile Driant achevait en héros une existence tout à fait romanesque, il y a cent ans. Lire la suite