Cathoscopie

Il y a quelques années, en 2013, votre serviteur s’était livré à une étude sociologique sur les catholiques en France, qui avait donné lieu à une conférence durant un colloque organisé à l’institut catholique de Lille sur le thème ; Où sont passés les catholiques ?

Par la suite, cette étude s’était étoffée, jusqu’à devenir un petit livre regroupant une première partie sur l’histoire de l’évangélisation en France des premiers siècles de l’Eglise jusqu’à la fin du XIXe siècle ; une seconde partie d’étude sur le peuple catholique français actuel ; enfin une troisième de réflexions plus personnelles, et thématiques, sur la place des laïcs dans l’Eglise en France, sur le rôle des intellectuels chrétiens, etc.

La partie plus purement sociologique s’appuyait essentiellement sur les études d’opinion réalisées par IPSOS, TNS Sofres et BVA de 1987 à 2013, le guide annuel de l’Eglise de France, publié par la Conférence des évêques, les ouvrages de Danièle Hervieu-Léger et Denis Pelletier sur l’histoire contemporaine et la sociologie du catholicisme français.

Chaque chapitre se terminait par des conseils bibliographiques pour aller plus loin, l’ensemble dépassant à peine la centaine de pages, afin de rester dans un format agréable et accessible.

Les aléas de l’existence n’ont pas permis à votre serviteur de porter ce projet jusqu’à l’édition. Depuis, d’autres projets d’écriture l’ont accaparé. Mais considérant qu’il serait dommage de garder ce petit essai sous le boisseau, vous en trouverez, ci-après, une version pdf, en espérant qu’elle vous soutiendra dans votre réflexion chrétienne pour l’Eglise de demain.

Bonne lecture !

cathoscopie_gabriel_privat_A5

3 octobre 1915 : La balkanisation du premier conflit mondial

Cet article a été initialement publié pour Liberté politique, à lire et à soutenir.

Le canon tonna tout le jour, sur la frontière serbe, ce 3 octobre 1915. Après un an de piétinements, les armées autrichiennes, renforcées de divisions allemandes et bulgares, forçaient la frontière du petit royaume de Pierre Ier et vengeaient l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand.

Lire la suite

Louis XIV, fossoyeur de la royauté ?

(Louis XIV et Molière, par Jean-Léon Gérôme)

Cet article a été initialement publié pour le très bon site de Liberté politique, à visiter et soutenir.

Pour un souverain que l’on accuse d’avoir créé la monarchie absolue, la question de ce titre est pour le moins provocatrice. C’est cependant ce que pensent certains historiens, depuis le XIXe siècle, par un reproche tout à fait original, celui d’avoir conduit la royauté à sa perte en la rendant absolue et en détruisant, donc, le fragile équilibre féodal.

Qu’en fut-il véritablement ? Lire la suite