Le synode, victoire de l’athéisme ?


(Le Christ porte la Croix, Tiepolo)

Durant les dernières semaines votre serviteur a refusé de publier le moindre commentaire sur le synode qui se préparait puis s’est réuni à Rome autour de la question de la famille. Il a suivi les commentaires et les débats avec intérêt, mais n’a pas souhaité y prendre part, considérant que durant ces semaines, c’est surtout de paix dont avait besoin le peuple de Dieu.

Le bilan qui est sorti de ces événements est temporaire. Le document final est en demie-teinte et ne contente pas grand monde pour l’heure. Pour le document final, suivi des décisions papales ayant valeur de règle dans l’Eglise universelle, il faudra attendre fin 2015. En attendant, les interprétations sont largement superflues et sujettes à l’erreur.

Pourtant, contre toute sagesse, tout le monde a souhaité y aller de son commentaire, de son avis péremptoire, pointant le risque de schisme, de rupture, d’hérésie même d’un côté, tandis que l’autre camp faisait état de sa déception. On a tout lu, et notamment beaucoup de discours haineux ou fielleux dont tout amour chrétien était absent.  Où est Dieu dans tous ces commentaires qui ont entouré le synode dans le monde ?

Les pères synodaux et le pape se sont trouvés bien seuls à chercher comment faire vivre les hommes au rythme de la vie chrétienne, aujourd’hui. Jusqu’au cœur de leurs débats il s’est trouvé des personnes plus occupées de leur parti que de la recherche du juste. Il n’est pas habituel dans la vie de l’Eglise de voir des cardinaux s’exprimer publiquement, contre le pape ou contre leurs frères dans l’épiscopat avec la véhémence que nous avons vu ces derniers temps.
Le document de synthèse qui vient d’être publié, même s’il mécontente, est une belle réussite d’apaisement. Il ouvre une voie d’un an pour réfléchir au meilleur chemin à emprunter pour que la famille du XXIe siècle puisse se sentir accueillie par son Dieu et apte à vivre à son diapason.

La réflexion à laquelle le pape invite les évêques du monde et les fidèles est une nécessité. Durant ces semaines, nous avons préféré nos partis, nos petites doctrines parées des oripeaux de la grande doctrine de l’Eglise, et nous en avons oublié Dieu.

Parmi les tenants du magistère actuel, ou de la théologie de la famille enseignée par le bienheureux Paul VI puis saint Jean-Paul II les tribuns n’avaient que la saine doctrine à la bouche. Pour eux, il fallait sauver la doctrine, la vérité, le magistère, la tradition. Mais ces choses, invoquées seules, ne sont que des lettres mortes. Elles sont l’expression vivante de la loi de Dieu, de ses droits sur sa Création, et de sa volonté pour nos vies. Or, Dieu fut l’absent de ces diatribes. On a vu des évêques s’insurger contre le sabotage du magistère issu des quatre précédents pontificats. On a entendu des prêtres s’inquiéter de ce que les vingt dernières années de leur pastorale auprès des couples allaient devenir caduques et les faire passer pour des faussaires. Tout cela fut un grand numéro de « moi je », « moi je ». Mais des droits de Dieu il ne fut jamais question. De sa loi inscrite dans la Bible et la Tradition, très peu parlèrent.

Les partisans d’une évolution magistérielle vers l’accès à la communion pour les divorcés remariés ou vers la reconnaissance de fait des unions homosexuelles n’avaient que la charité à la bouche, mais de Jésus Christ il fut peu question, ou bien en tronquant sa parole. L’évêque émérite d’Oran développa dans les colonnes de La Vie un très long discours essentiellement de canoniste et de moraliste, centré sur l’homme et la sincérité de son amour. Mais n’est-ce pas l’Amour de Dieu pour sa Création qui prime ? N’est-ce pas le plan de Dieu pour l’humanité qui doit être le premier servi ? C’était le parfait écho aux discours du cardinal Kasper, présenté comme le maître à penser du pape François, qui n’a traité le problème des divorcés que sous l’angle d’une procédure juridique spécieuse et dont on devine bien que son extrême complexité la rendrait inapplicable et déboucherait sur le laisser aller et le laisser faire. Où est la clarté de la justice de Dieu ? Le pape, justement, s’est bien gardé de suivre ces chemins étroits. Mais, hélas, sa voix, qui devait être la plus écoutée, le fut moins, dans la presse, que celle des commentateurs idéologues qui ont occulté le message de Jésus Christ dont il se faisait le porte-parole.

Des commentateurs, des évêques, des prêtres, des journalistes, y sont tous allé de leur laïus sur la saine doctrine, sur la miséricorde, sur la charité, mais il ne fut jamais question de la grâce de Dieu infusant dans la vie des couples. Il ne fut pas question du Tout Puissant au nom duquel, pourtant, s’accomplissent chacun de ces actes. Les journalistes, les premiers, et notamment dans la presse catholique, en livrant une vision essentiellement partisane des courants présents au synode, en se contentant d’une lecture soit pastorale, soit doctrinale et presque jamais théologique ont donné à lire une analyse, en définitive athée, car ayant évacué Dieu. Ce n’était plus la doctrine de l’Eglise dès lors, mais l’idéologie accaparée par un parti. Bien sûr que la Vérité est importante. Bien sûr que la charité est essentielle. Evidemment on ne peut pas vivre sans miséricorde. Mais tout cela ne prend sens qu’autour de Dieu. Or, il semble que ceux qui suivirent l’actualité du synode l’aient allègrement oublié.

Pourtant, on ne peut pas croire que tous ces hommes ne soient pas croyants, qu’ils n’aient pas fait de Dieu le centre de leur vie. Mais tous occupés à leur empoignade générale, ils en ont oublié le principe même de leur existence, celui qui lui donne son sens. Quelle tristesse !

Il n’y a guère que le pape François et les pères synodaux qui aient su maintenir Dieu au centre de leur réflexion et de leur parole durant ces temps. C’est l’essentiel ! Mais il n’est parvenu jusqu’à nous qu’une voix déformée et atténuée par le prisme de tous les commentateurs laïcs et ecclésiastiques, plus occupés de voir midi à leur porte que l’action de l’Esprit Saint.

Votre serviteur a même entendu, en chaire, dimanche 19 octobre, un prêtre parisien exerçant son ministère dominical à Chartres (il se reconnaîtra sans doute s’il lit ces lignes), parlant sous la protection de sainte Thérèse d’Avila, proclamer qu’il préférait un prêtre annonçant la Vérité à un prêtre saint qui ne saurait communiquer cette Vérité au monde. La dialectique pernicieuse de ces dernières semaines s’y trouve condensée. On y oublie allègrement que le saint vit de la Vérité, que sa vie est un exemple qui inspire ceux qui le voient. On y oublie que le saint parle presque toujours avec éloquence des choses de la foi, et ce avec le secours de la grâce, même lorsqu’il est ignorant. Avons-nous oublié que Moïse, bègue et malhabile, tonnait devant Pharaon et les Hébreux la Vérité de Dieu ? Comment un homme qui n’est pas saint pourrait-il annoncer la Vérité sans mentir ?
On ne peut pas avoir la saine doctrine, c’est à dire l’intelligence de la foi, sans vivre de la grâce ou du moins chercher à en vivre, et il est difficile d’avoir la grâce si on ne se nourrit pas de l’intelligence de la foi. Les deux pans du manteau sont attachés ensemble par cet équilibre. A préférer l’un au détriment de l’autre, on risque de devenir un censeur, ou un esprit absent.

De la même manière, charité et vérité avancent ensemble à l’imitation de Jésus Christ qui disait vrai et disait le vrai avec l’amour toujours nécessaire et suffisant.

En oubliant les droits de Dieu sur son peuple et en l’évacuant des débats pour ne se concentrer que sur les partis en présence et le sort de tel ou tel groupe de fidèles, nous tous qui, en privé ou publiquement, avons pris parti avant de lire attentivement, avons préféré lancer nos jugements plutôt que d’écouter, nous avons donné à voir le visage d’une Eglise défigurée par des divisions. Nous avons un an, d’ici à l’automne 2015, pour réparer ces fautes en priant, en plaçant Dieu au cœur de notre réflexion, de notre action, et en le disant hautement.

De cette remise à l’endroit des priorités il ne peut que sortir l’équilibre que nous cherchons à atteindre entre Charité et Vérité pour offrir ce qui leur est nécessaire aux hommes d’aujourd’hui.

Publicités

Une réflexion sur “Le synode, victoire de l’athéisme ?

  1. Merci de votre article sur le synode ; il illustre très bien le propos de saint François de Salles : « une vérité qui n’est pas charitable est une vérité qui n’est pas véritable. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s