La dernière cartouche du soldat Hollande

(La maison de la dernière cartouche, 1870, Alphonse de Neuville)

Que n’entend-on pas sur le dernier remaniement ? A peine en place, le gouvernement est accusé de néo-libéralisme, pendant que le Premier ministre affirme qu’il ne changera pas le cap des réformes, que la droite crie au scandale autant que la gauche, pour différentes raisons. La nomination de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Education nationale est analysée comme une provocation par les uns, tandis qu’extrême droite et extrême gauche dénoncent en Emmanuel Macron l’homme des banques, le tout sur fond d’accusation de mensonge par Arnaud Montebourg. Il y a là un parfum de curée à l’issue des chasses à courre. Lire la suite

Publicités

L’opium du peuple

 

(Tintin au Lotus Bleu, dans l’album homonyme)

Votre serviteur lisait encore aujourd’hui cette vieille sornette tirée du petit catéchisme marxiste et freudien que la religion serait l’opium du peuple. Alors que notre Occident athée bruisse de tout le remuement du libéralisme sauvage, de l’exploitation infernale autant des cadres que des simples ouvriers, de l’écrasement d’impôts des classes moyennes, de l’incivilité quotidienne dans la rue, des scandales sur l’euthanasie, la PMA et la GPA dans l’indifférence généralisée des peuples pourtant victimes de ce chambardement des valeurs, il apparaît que seules les religions, en Europe, se dressent efficacement contre cette folie en passant, et depuis des décennies, de la parole aux actes, de la vitupération à la charité active. Les libéraux sont acquis officiellement à toutes ces dérives, les socialistes athées les condamnent pour mieux les appliquer et les communistes sont de ces hommes petits qui crient de grands mots. Les croyants sont bien seuls et bien éveillés pour des opiomanes.  Lire la suite

Catholiques en Asie, basculement du cœur de l’Eglise ?


(Cathédrale de Saïgon, Vietnam. source : saigon-vietnam.fr)

Chaque année l’Annuaire pontifical, recueil statistique de l’Eglise, publie des chiffres de baptisés en croissance plus importante que l’accroissement naturel de la population mondiale, des vocations religieuses qui augmentent, des nouveaux diocèses créés, etc. Mais où se cachent ces prêtres et ces nouveaux fidèles ? Pas en Europe, en tout cas, ça se saurait. Sur le vieux continent, en dépit de noyaux jeunes et vivaces c’est la lente chute qui continue. En Amérique disons que les positions sont stabilisées après les coupes sévères de l’évangélisme au sud et de la déchristianisation au nord. On a même de beaux exemples de renaissance aux Etats-Unis, mais rien de bien important quand on prend du recul. Restent l’Afrique et l’Asie. C’est là que se situe la croissance la plus forte de l’Eglise. Lire la suite

Pour mémoire


(Irakiens sur les routes. Source : L’Orient le Jour)

A force d’en parler, ça y est, les Français ont pris conscience qu’il se passait quelque chose d’étrange en Orient. Mais si la presse leur en parle, il ne semble pas que cela leur parle. Le martyr des chrétiens d’Orient semble pour beaucoup quelque chose de lointain, de désincarné, qui ne mérite pas que l’on fasse marcher la grande machine compassionnelle pourtant si active pour les bébés phoques. Sans doute cela n’évoque-t-il rien dans la mémoire des Français.

Alors, chers lecteurs, votre serviteur vous propose de leur rendre les événements irakiens et syriens plus proches en évoquant sous l’angle de la fiction historique, une petite tranche de notre histoire nationale récente. Espérons que le rappel d’événements encore proches pour nous, de noms de lieux et de prénoms ou de patronymes qui résonnent familièrement à nos oreilles saura, par analogie, donner plus de corps et d’âme dans l’esprit commun à la souffrance des chrétiens orientaux. Espérons qu’en sachant les émouvoir, nous saurons les faire réagir. Lire la suite

Remigration, la charrue avant les bœufs ?


(La fuite en Egypte, Nicolas Poussin)

Depuis plusieurs mois est apparu sur les sites Internet de groupes nationalistes de la mouvance identitaire le terme de « remigration ». Ce néologisme a peu à peu envahi les sites de réflexion plus classiques. Il a remplacé le vieux concept cher à Jean-Marie Le Pen « d’inversion des flux migratoires ». Par cette prose délicate il faut comprendre clairement : flanquer les migrants dehors avant qu’il ne soit trop tard.  Lire la suite