Pas de quartier

https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4a/Henri-de-la-rochejacquelein-1.jpg

(Henri de la Rochejacquelein, par Pierre-Narcisse Guérin. « Si j’avance suivez-moi ! Si je recule tuez-moi ! Si je meurs vengez-moi ! »)

Hier soir un certain Nicolas, dont le prénom a déjà fait le tour de l’Internet politique français, a été condamné à deux mois de prison ferme et 1000 euros d’amende pour avoir refusé un test ADN lors de son interpellation. Le motif invoqué est donc la « rébellion ». Dans le cas présent c’est presque un titre de gloire. En effet, en considérant bien les informations données par les avocats ayant suivi l’affaire, on ne peut qu’être étonné par le caractère inique, arbitraire, de l’arrestation de ce jeune homme, poursuivi jusque dans un restaurant car il fuyait les policiers. Mais quel était son forfait ? Avoir participé à l’accueil houleux mais non violent du Président Hollande sur M6 la semaine dernière.

Il y a encore quelques années, les prisonniers politiques, par égard pour la valeur morale de leur engagement, recevaient des peines moins lourdes que les droits communs. C’est désormais le contraire…

Il n’y a rien de plus à dire sur cette triste histoire. Tout a déjà été écrit, en quelques heures à peine.

C’est le point culminant d’une vague répressive qui a débuté après la manifestation du 24 mars, faisant suite à la splendide indifférence du gouvernement lors des mois précédents. On ne compte plus les jeunes filles, pour certaines mineures, arrêtées pour port du fameux sweat « manif pour tous », envoyées au poste de police et libérées au petit jour, à plusieurs heures de chez elles, bien souvent. On ne compte plus les garçons et les filles arrêtés, molestés par les forces de l’ordre. On ne compte plus les vexations, les chiffres faux, les discours tronqués, les images manipulées, les désordres provoqués. Tout cela s’insère dans un processus d’intimidation des opposants qui, loin de nous faire faiblir doit nous galvaniser, dans le calme et la dignité.

Il ne s’agit plus tant de combattre le mariage homosexuel que de défendre les libertés publiques en France.

Ces huit mois de mobilisation ont fait découvrir au peuple français des méthodes policières et politiciennes qu’il ignorait, mais qui sont en fait une pratique courante des différents gouvernements contre les mouvements de contestation sociale.

Truquer les chiffres des manifestations, tripatouiller les photos, infiltrer des policiers en civil dans les cortèges pour y semer le désordre et décrédibiliser les organisateurs, passer à tabac des manifestants sans défense, mépriser les organisateurs en les recevant pour leur annoncer des décisions déjà prises, sans négociation, sont des pratiques courantes de notre Etat qui, depuis des années, toute majorité parlementaire confondue, utilise les services publics à des fins politiciennes pour combattre les mouvements sociaux.

Ces méthodes sont contraires au sens de la justice, à la destination originelle des services publics, sont une insulte aux agents de l’Etat et un grave mépris des citoyens.

Notre combat est un combat de civilisation. Il n’y a pas de civilisation sans justice.

Dans les prochains mois les syndicalistes de tous poils vont se battre contre la réforme des retraites, contre la rigueur ou l’austérité. Nous serons souvent en désaccord avec eux sur le fond. Mais sur la forme, il y a fort à parier qu’eux aussi seront victimes de ces injustices ourdies par des politiciens voyous. La justice est pour tous. Ce jour-là, dans quelques semaines ou quelques mois, il faudra nous montrer solidaires des syndicalistes injuriés par l’Etat, trahis et manipulés, quelles que soient nos divergences de fond.

Solidaires des gauchistes contre l’injustice ? Pourquoi pas ! Contre la félonie des sagouins qui nous gouvernent, il ne faut faire aucun quartier !

Publicités

Une réflexion sur “Pas de quartier

  1. « C’est le point culminant d’une vague répressive » Ce n’est pas sûr, malheureusement. La répression continue et s’intensifie, jusqu’à aujourd’hui. Si elle se calme après, alors c’est le point culminant. Mais si elle continue de s’intensifier, alors le point culminant sera plus tard…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s