Miséricorde et radicalité

(Jésus chassant les marchands du Temple, Jacob Jordaens, 1593-1678)

Lorsque les Hébreux de l’Ancien testament désobéissent gravement à Dieu la terre s’ouvre sous leurs pas, l’ennemi s’empare de leurs villes et réduit leurs enfants en esclavage, une maladie frappe le premier homme de chaque famille, etc. C’est, pour ainsi dire, la pédagogie de Dieu. La parole de Dieu est éternelle, mais elle a été donnée aux hommes dans un temps et un lieu donné. Il y a donc des contingences que Dieu a accepté, par souci de laisser la créature progresser à son rythme. Parce que les Hébreux n’étaient pas en mesure de comprendre un autre langage, ils ont continué de subir une loi juste mais dure. La miséricorde n’était pas absente de cette loi, on l’a vu dans notre troisième article sur la DSE avec l’année sabbatique et l’année jubilaire. Mais cette gratuité miséricordieuse venait s’insérer dans un code juridique aux allures de l’implacabilité. Cela était bon, cela était la volonté de Dieu, mais il faut bien le dire, cela était ! Cela n’est plus.  Lire la suite

Publicités

Nelson Mandela. Savoir raison garder !

(Le palais de la présidence, Pretoria, Afrique du Sud)

Dans quelques heures, quelques jours au plus, à moins d’un miracle, Nelson Mandela ne sera plus de ce monde. Il deviendra alors un intouchable, sanctifié par la clameur médiatique. Écorner l’image du saint sera un blasphème punissable des plus lourdes peines. Avant qu’il ne soit trop tard, et à titre tout à fait exceptionnel, voici un deuxième article du jour, sur notre bloc notes, afin d’éclaircir quelques points concernant Nelson Mandela. Lire la suite

(Doctrine sociale de l’Eglise III) Le dessein d’amour de Dieu pour l’humanité

(Le passage de la Mer rouge par les hébreux. Francken Frantz, XVIIe siècle)

Après quelques semaines d’interruption, voici le troisième volet de notre série d’articles sur la DSE.

La doctrine sociale de l’Eglise ne serait qu’un énième système d’organisation de la société, troisième voie entre libéralisme et socialisme, si elle ne prenait sa source en Dieu même. C’est dans la contemplation du Mystère de Dieu et la volonté de se conformer à l’amour divin que la DSE puise l’eau qui irrigue ses propositions. Lire la suite

Lobbying politique et reconquête

(Les ambassadeurs, Hans Holbein)

« On ne lâchera rien, jamais, jamais, jamais » brame le chauffeur de foules dans son micro. « Certes » avons-nous envie de répondre. Comment ne rien lâcher ? En obtenant l’abrogation de la loi Taubira ? Il est toujours permis de rêver, mais outre la faible probabilité de l’événement, il ne s’agirait que d’un détail dans l’immensité du champ éthique à déminer pour reconquérir la société face à l’hédonisme généralisé. Lire la suite