Fêtons les Rameaux au son du Chant du départ.

JPEG - 79 ko

(Entrée de Jésus Christ à Jérusalem par Nicolas-René Jollain 1732-1804)

Demain dimanche, l’Eglise universelle fêtera les Rameaux, elle se souviendra qu’une semaine avant sa Passion, Jésus Christ est entré en triomphateur dans Jérusalem, acclamé par la foule qui le couronnait de rameaux d’oliviers et de palmes, chantait en son honneur, plaçait ses manteaux aux pieds de son ânesse.

A l’occasion de ce jour, les chrétiens font bénir des rameaux nouveaux qui ornent leurs croix et les murs de leurs maisons, comme Dieu demandait à Moïse que sa prière par excellence, le « écoute Israël, l’Eternel est notre Dieu, l’Eternel est un, béni soit à jamais le nom de son règne glorieux »,  ornassent les murs des maisons des juifs.

C’est une fête du renouveau, une fête de la gloire de Jésus roi, et pourtant également une célébration préparatoire à la Passion du Christ. Nous sommes, depuis une semaine, entrés dans le temps de la Passion. Dans les églises, les croix et les statues sont voilées. Le dimanche soir sonnera l’entrée dans la Semaine Sainte, marche aux côtés des derniers jours et enseignements ultimes de Jésus avant sa crucifixion. Ce dimanche des Rameaux est l’occasion du récit de la Passion, en ouverture de la semaine sainte. Cette joie des Rameaux doit donc être vécue avec gravité, la conscience que bientôt, il va falloir mourir pour le salut du monde.

Ce dimanche est d’une tonalité toute particulière dans la liturgie chrétienne, en ce sens qu’il est à la jonction entre l’entrée du roi de gloire dans sa ville sainte, et la montée vers son calvaire où il s’offrira en holocauste pour l’apaisement du juste courroux de son Père et le Salut de tous les hommes sans exception.

Demain dimanche 23 mars 2013 sera un jour des Rameaux quelque peu particulier, puisqu’il verra, dans Paris, le rassemblement d’une importante manifestation contre le projet de loi ouvrant l’institution du mariage à deux personnes de sexe identique. Pourtant, il ne faudra pas oublier le sens de ce jour.

On pourra associer, dans notre coeur, ce jour du roi de gloire entrant dans sa ville et la symbolique des lieux foulés par les défenseurs du droit naturel, l’avenue de la Grande Armée, la place de l’Etoile, les Champs Elysées qui préfigurent l’entrée dans la gloire justement des héros choisis des dieux… Ceux qui n’ont pas démérité. Bien sûr, encore faut-il en être digne.

Un peu d’humour grandiose et émouvant, à la Guitry, pour terminer sur une touche moins solennelle (il conviendrait de ne pas trop se prendre au sérieux) : Final de « Si Versailles m’était conté »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s