Mariage pour tous. Le projet retoqué au Sénat ? La presse en flagrant délit d’ignorance.

(Image tirée du film « Les quatre cents coups »)

Le projet de loi ouvrant l’institution du mariage à deux personnes de sexe identique est actuellement examiné par le Sénat. La commission des lois de la chambre haute a dans l’ensemble approuvé le texte, opérant un toilettage de détail qui nécessitera une seconde lecture à l’Assemblée, à moins que le gouvernement ne rejette en bloc le texte proposé par la commission pour s’en tenir à celui de l’Assemblée dans le cadre du vote par la séance.

La presse nationale s’est pourtant fendue d’une série d’articles dissonants, ces derniers jours, soulignant que la commission avait rétabli la priorité absolue du patronyme porté par le père dans le cadre de l’adoption. Voilà qui ne manquait pas de surprendre. Ainsi, le Sénat faisait bande à part au sein de la majorité, et rétablissait l’antique usage selon lequel si la mère donne la vie, le père donne le nom de la gens. On a cependant le droit d’être surpris, puisque ce projet ne parle ni de père, ni de mère, mais de personnes de sexe identique. Il convenait donc de se rendre à la source et de lire les amendements proposés par le Sénat. Eh bien ! La presse a menti. Plutôt devrait-on dire, les journalistes ont brillé par leur incapacité à lire le texte législatif correctement.

L’article 2, mentionné par les journaux, ne laisse apparaître à aucun moment les mots de père et de mère, mais ceux de parent, d’adoptant, de conjoint, sans précision du sexe, bien sûr. Le texte dispose, pour l’adoption, que l’enfant adopté prendra, s’il n’y a pas de demande explicite, le nom de l’adoptant et de son conjoint. En cas de désaccord sur le choix du nom, les deux noms seront également donnés automatiquement. Enfin, il faudra qu’il y ait une demande pour que seul un des deux patronymes soit porté. Autrement dit, il faudra demander à l’état civil le droit de choisir un patronyme plutôt qu’un autre.

Surtout, le texte va plus loin ; avant une adoption, dans le cas d’un mariage, l’article 2 dispose que chacun des époux peut porter le nom de son conjoint comme nom d’usage. Ainsi, la loi précise désormais que non seulement les épouses peuvent porter le nom du mari comme cela se faisait auparavant, mais les maris porter le nom de l’épouse, ce qui est assez neuf.

Ces évolutions pourront sembler anodines. Elles sont en réalité tout à fait intéressantes en ce qu’elles illustrent une conception de la famille détachée de toute conception de lignée et de transmission. Nous naissons orphelins de toute racine. Nous n’avons pas une famille au sens de la petite société porteuse d’un nom qui l’identifie. Nous avons un couple de géniteurs dont le choix du nom a pu se faire contractuellement dans n’importe quel sens, voire ne pas se faire du tout si chacun souhaite conserver son nom propre, accentuant l’idée d’une union fortuite au détriment de la constitution d’une famille inscrite dans la chaîne du temps.

Il est trop facile d’accuser de tous les mots, ici, l’actuel projet de loi. Chaque opposant au projet doit procéder à un examen de conscience, regarder en arrière et se demander si les citoyens et les précédents gouvernements n’ont pas une responsabilité en ayant peu à peu détricoté l’institution du familiale et, dans ce cas très précis, la procédure de transmission du nom, de l’époux à l’épouse, du père à l’enfant. Car ce que ce projet de loi propose, ce sont des pratiques déjà entérinées par ailleurs chez un nombre croissant de personnes et qui, pour certaines, avaient déjà fait l’objet de textes antérieurs.

Pour un combat efficace dans ce domaine, il serait bon que les opposants au projet de loi commencent la révolution du « Printemps français » en leur propre coeur. Si cela est fait, et bien fait, ce sera une arme puissante en leurs mains pour défendre leurs valeurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s